« How long are you in Dublin? -Almost six months, that's all. -It's already half a year! » Purée, oui. C'est donc en discutant avec Vanessa, l'adorable petite espagnole avec qui j'ai bossé sur un projet la semaine dernière que je me suis rendue compte que six mois ce n'était pas "c'est tout". Six mois, c'est la moitié d'une année. 

J'ai pourtant l'impression que c'était hier, le 25 avril. Je me revois descendre de l'avion, aller aux premières toilettes du couloir et lancer mon premier "vrai" mot en anglais à une nana bousculée près des lavabos : « Sorry! ». Le premier d'une longue lignée. 

Voilà donc six mois -une demi année !- que je mène ma petite vie dublinoise. Un appartement merveilleux en plein centre-ville, un job qui rend mes amis dingues, des projets plein la tête... Six mois que j'ai mes repères ici, et que je dis « chez moi » en parlant de l'Irlande.

Pourtant, l'enthousiasme du début s'est estompé depuis quelques semaines déjà. J'ai des envies d'ailleurs. Des envies d'exotisme. D'Asie, d'Afrique, d'Amérique du Sud. Je parcours avec jalousie les blogs de voyages, je dévore les offres de missions humanitaires à l'autre bout du monde, je fouille avec curiosité les sites immobiliers Thaïlandais, Brésiliens, Népalais... Je veux partir. Encore. Ce boulot pour lequel j'arrivais une heure à l'avance chaque matin il y a encore un mois m'ennuie. Dublin et ses petites rues que je trouvais si chaleureuses m'exaspèrent.

J'espère ne pas être une éternelle insatisfaite. Je voudrais simplement tout voir, tout essayer pour être sûre de faire le bon choix pour construire ma vie. Le bon endroit, le bon métier. Ca serait peut être en France, peut être à des milliers de kilomètres.

Je veux un autre chez moi. Le bon.